Débrief des trois matchs de l’équipe de France de football

Bigoud 🏅 Sport 0 Commentaire

Après une première victoire contre une faible équipe paraguayenne en amical suivi d’une défaite contre un bloc suédois bien regroupé en éliminatoire, l’équipe de France termine sur une victoire face à une pale équipe anglaise. Quelles conclusions individuelles et collectives ressortent de ces matchs de fin de saison ?

Acte I : la balade Rennaise

Giroud rejoint Benzema au classement des buteurs

L’équipe de France a régalé au Roazhon Park contre le Paraguay, à des années-lumières de son niveau d’il y a 15-20 ans où le gardien-buteur Chilavert faisait le bonheur de son pays. Ce match a été l’occasion pour Giroud de faire taire une énième fois ses détracteurs avec un triplé. Bien que je ne sois pas fan de Giroud, son profil est indispensable en équipe de France. Aucuns autres attaquants n’apportent autant de densité physique dans les duels aériens et dans la protection de balle. On peut lui reprocher une technique moins bonne que ses concurrents, mais les stat’ parlent pour lui. Olivier Giroud est en pleine confiance avec les Bleus et il n’y a aucune raison de le remplacer pour l’instant.

Benjamin Mendy, futur taulier ?

Ce match a aussi été l’occasion pour Benjamin Mendy de s’illustrer une fois de plus. Layvin Kurzawa et Lucas Digne n’ont plus qu’à se battre pour une place sur le banc de l’EDF. S’il garde ce niveau de performance offensivement et qu’il s’améliore défensivement, Mendy s’assurera une place de titulaire pour les 10 années à venir. Sa qualité de centre est indéniable (même si de temps en temps son centre arrive au troisième poteau, mais là c’est chipoter), son apport physique et technique l’est tout autant.

Ousmane Dembélé, diamant brut !

Ousmane Dembélé nous a encore montrés tout son potentiel, mais qu’est-ce qu’il y a encore du chemin avant d’être parmi les 10 meilleurs joueurs du monde. La technique, la percussion, les deux pieds, c’est acquis, mais comme dirait un certain Aimé Jacquet « muscle ton jeu Robert » et plus important encore, SAVOIR FAIRE LES BONS CHOIX ! Ousmane a encore une immense marge de progression sur la qualité de sa dernière passe, savoir faire le bon choix, celui qui amène le danger. Le jour où il aura acquis la vision d’Iniesta dans sa dernière passe, ses statistiques exploseront. Le match contre l’Angleterre est encore plus flagrant et résume mes propos, Ousmane mange plusieurs fois la feuille de match avant de délivrer le stade de France.

Pogba-Matuidi, une incompatibilité chronique

Enfin, on a encore eu la confirmation que la paire Pogba-Matuidi ne fonctionne pas. Deschamps s’obstine à les faire jouer ensemble alors qu’il n’y a aucune complémentarité entre les deux. Pogba est un joueur esthète, porté vers l’avant, même s’il fait le travail défensivement, ce n’est pas là qu’il trouve son plaisir. Or, Matuidi est devenu un joueur plus offensif au fil des années, un joueur box-to-box capable de (parfois) marquer, ce qui force Pogba à jouer un rôle plus défensif.

Acte II : la défaite de Deschamps

Bien sûr, la boulette de Lloris coûte les 3 points à la France, mais il n’est pas à blâmer après tant d’excellents matchs. A mon avis, le fautif est le sélectionneur et sa gestion trop frileuse. La titularisation de Sissokho à la place de Dembélé montrait l’ambition de Deschamps : jouer le match de nul. Comme le match. La sortie tardive de Payet et Griezmann en est l’exemple. Les deux joueurs, loin de leur niveau n’ont été remplacés qu’à la 75ème alors qu’ils auraient dû être remplacés bien plus tôt, vers l’heure de jeu, pour dynamiter le bloc suédois. En bridant son équipe, Deschamps a joué à contre-pied et l’équipe de France s’est pris les pieds dans le tapis (pardonnez-moi cette blague !). La jeunesse en feu qui était remplaçante aurait fait un bien fou à l’attaque tricolore.

Dimitri Payet, le jour et la nuit

Revenons sur Dimitri Payet, un bon joueur parfois excellent, mais seulement contre de petites équipes. Dès que le niveau s’élève, il devient transparent. Face au Paraguay, il a été très bon sur son couloir gauche, alors qu’en Suède, il a réalisé une prestation décevante. A l’Euro, idem. En phases de poule il a été très bon, mais dès que les matchs à élimination directe ont commencé, il s’est éteint au fur et à mesure que la France avançait vers la finale.

Le match a encore montré le manque de solution de jeu face à une équipe regroupée. Le ballon circulait de gauche à droite et de droite à gauche, sans qu’aucun décalage entre les lignes ne soit créé pour apporter des solutions. C’est un problème récurrent à résoudre d’ici la coupe du Monde 2018.

Acte III : Partir en vacances l’esprit léger !

Les jeunes au pouvoir

Dans un contexte difficile, les français se devaient de gagner pour terminer sur une bonne note. Deschamps a procédé à de nombreux changements afin d’observer la jeunesse dorée au pouvoir. Face à une jeune et prometteuse équipe anglaise, il n’a surement pas été déçu. Lemar a réalisé une très bonne période avant de s’éteindre petit à petit en fin de match. M’bappé a eu plusieurs occasions nettes mais sans réussir à les convertir. Ce n’est que partie remise pour son premier but en bleu. Quant à Dembélé, ma remarque n’a pas changé par rapport au match contre le Paraguay : du talent, des jambes de feu mais une marge de progression importante. Le trio Lemar-M’bappé-Dembélé est promis à un grand avenir. Néanmoins, le chemin est encore long pour atteindre les top players.

Kanté-Pogba, un avenir possible

Il a fallu que Varane soit expulsé pour que Kanté fasse du Kanté, c’est-à-dire courir pour deux, être au four et au moulin, récupérer une balle dans ses 18 mètres puis être 7 secondes plus tard au rond central pour créer un décalage. Son entente avec Pogba, plutôt sa complémentarité, a sauté aux yeux. Ce dernier a livré une bonne prestation. Des dribbles efficaces, une bonne vision du jeu, un bon jeu de corps pour conserver le ballon, des récupérations de balles. Pogba a semblé jouer libéré.

Détaillons le cas Pogba. Il a effectué une bonne prestation face à l’Angleterre mais peut et doit faire mieux. Cependant, arrivera-t-il à confirmer un jour tous les espoirs placés en lui ? Tant qu’il n’arrivera pas à être constant et à élever son niveau de jeu, ce sera difficile de prétendre au ballon d’Or. En espérant qu’il suive les conseils de Mourinho et se concentre sur le football plutôt que sur l’extra-sportif.

Sidibé et le manque de concurrence !

Sidibé est-il le latéral droit attendu depuis Willy Sagnol ? Oui et non. Oui, car il est jeune, athlétique et offensif, il a une marge de progression. Non, car un défenseur doit avant tout autre chose défendre. Sur le 1er but anglais, il est fautif, n’importe quel défenseur aurait vu venir le décalage de Sterling pour Bertrand surtout que Pogba revenait et aurait pu défendre sur Sterling si Sidibé avait anticipé. Si il veut devenir incontournable, il doit impérativement s’améliorer défensivement. Heureusement pour lui, la faiblesse de ce poste en France lui permet d’avoir une marge de sécurité et, malheureusement pour les Bleus, arrivera-t-il à progresser sans concurrent à son poste ?

Pour conclure, la victoire de l’équipe de France amplifie la déception de la défaite face à la Suède. Avec un tel potentiel sur le banc, difficile de croire que nous aurions perdu face à la Suède avec cette équipe là sur le terrain. D’ailleurs, le discours de Deschamps au coup de sifflet final transpirait la déception d’avoir fait les mauvais choix. Mais il est pragmatique, il saura tirer les bonnes conclusions pour récupérer la première place du groupe.

Crédit Photo:  AFP PHOTO / FRANCK FIFE